Juin 082019
 

L'oral de rattrapage

→ L’oral de philosophie (la méthode) ← cliquer ici pour lire les consignes

Pour commencer, il faut venir avec :
  • 2 exemplaires de l’oeuvre (= le manuel) : il y en a un pour l’examinateur.
  • la liste (format A5) que j’ai remise en fin d’année (vous pouvez l’imprimer en cliquant ici : ne vous trompez pas de série.).
Vous avez 20 minutes de préparation et autant pour l’épreuve proprement dite. Ce qu’il faut éviter : réciter un mémo appris par coeur qui ne va pas du tout s’occuper de l’extrait choisi par l’examinateur. Il faut donc vraiment consacrer les 20 minutes à préparer l’explication linéaire de l’extrait :
  1. Repérer les 6 éléments qui vont cadrer votre explication : thème, problème, thèse, distinction principale, plan et enjeu.
  2. Pour chaque « moment » du texte, formuler une difficulté : à minima de compréhension ; mais essayer de problématiser.
Voici le « timing » de l’épreuve :
  • Introduction (1 mn) : situation de l’extrait dans l’oeuvre (le thème général de l’oeuvre + le thème de l’extrait)
  • Le but est d’arriver à une question, celle dont traite précisément l’extrait.
  • Lecture (2mn) de l’extrait (ce n’est pas tant le « ton » qui importe que le « rythme » : il doit indiquer que vous comprenez la construction du texte).
  • Le plan du texte (1mn).
  • Pour chaque « moment » de l’extrait : repérer, formuler et discuter une difficulté de compréhension (2 mn pour chaque « moment »)
  • Conclure sur le sens général du texte par rapport à l’oeuvre complète et par rapport à une grande notion du programme (1mn)
Tout cela a pris un peu plus de 10 mn ; l’examinateur va maintenant vous interroger à partir de votre explication (il peut rester à l’extrait ou vous interroger sur les notions du programme).

Posted in: L'oral de rattrapage

Baruch de Spinoza (1632-1677)

Thèse générale du chapitre 20

Ce n’est pas la liberté d’expression qui est dangereuse, pour l’autorité de l’État, c’est exactement le contraire ; c’est l’interdiction de la liberté qui est dangereuse pour l’État.

  • démontrer la thèse de l’utilité de la liberté de penser pour l’Etat,
  • refuserla thèse de la dangerosité de la liberté de penser pour l’Etat. Pour cela, il lui suffit de démontrer que cette thèse repose sur un contresens quant à la finalité de l’État, c-à-d quant à la liberté.

La finalité de l’Etat n’est pas la contrainte mais la liberté (chap.XX, §4, lignes 69-82).

« Le but final de l’instauration d’un régime politique n’est pas la domination, ni la répression des hommes, ni  leur soumission au joug d’un autre. (…) Le but poursuivi ne saurait être de transformer des hommes raisonnables en bêtes ou en automates ! Ce qu’on a voulu leur donner, c’est, bien plutôt, la pleine possibilité de s’acquitter dans une sécurité parfaite des fonctions de leur corps et de leur esprit. Après quoi, ils seront en mesure de raisonner plus librement, ils ne s’affronteront plus avec les armes de la haine, de la colère, de la ruse et ils se traiteront mutuellement sans injustice. Bref, le but de l’organisation en société, c’est la liberté ! »

Selon Spinoza l’homme se trouvera davantage en sécurité (possibilité de continuer à persévérer dans son effort de recherche de soi, ce qui est le vrai bonheur : le but du Désir n’est pas la passion mais la béatitude procurée par la « connaissance du troisième genre ») dans une communauté que dans une vie solitaire (et naturelle). Quand le philosophe découvre que les autres hommes ne sont pas tous des philosophes, il doit quand même continuer à vivre parmi eux, plutôt que de les fuir pour n’obéir qu’à la Raison : « l’homme qui vit selon la raison est plus libre dans la Cité, où il vit selon la loi commune, que dans la solitude où il n’obéit qu’à lui-même » (Ethique, IV, proposition 73) : c’est pour l’injuste, c-à-d celui qui est guidé par ses passions que la Loi apparaît comme une contrainte.

Plan du chapitre 20

§§1-3 : le problème, du droit naturel d’user librement de sa raison

§§4-6 : la solution, extension et limites de la liberté d’expression (les 6 questions du §7)

§7 : la conclusion du chapitre 20

§8 : la conclusion générale du Traité des autorités théologique et politique

 Laisser un commentaire

Vous pouvez utiliser ces tags et attributs HTML: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

(required)

(required)

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.